DC Salas

label :

Biologic Records - Correspondant - Live At Robert Johnson
Bruxelles, Belgique

dernières dates au Sucre :

samedi 2 septembre 2017

DC Salas est un DJ et producteur belge originaire de Bruxelles et d’origine péruvienne. Actif en tant que DJ dans la vie nocturne belge et européenne depuis maintenant plus de 12 ans, DC Salas dépasse les frontières et a façonné sa musique sous multiples facettes : house, new beat, 90’s wrong speeder ou encore percussions font partie de son répertoire musicale. Son approche singulière lui a ouvert les portes de 2 résidences : le Fuse à Bruxelles, Kiosk Radio. Il a joué dans certains des clubs et les festivals parmi les plus excitants d’Europe : Dour Festival, Listen Festival, Horst Festival, Les Transmusicales de Rennes, Robert Johnson (Francfort), Renate (Berlin), Fuse (Belgique), Rex Club (Paris), Berns (Stockholm) ou encore le Nitsa (Barcelone), pour n’en citer que quelques uns.

En tant que producteur, il a sorti des EPs et des remixes sur des labels prestigieux tels que Relish, Kill The DJ, B- Pitch Control, Correspondant et bien sûr Biologic Records, le label qu’il co-fondé avec Abstraxion en 2012.

Après son premier album The Unspoken, sorti en 2017, DC Salas a sorti 2 EPs en 2019 (sur KuratedBy Records et Correspondant Records, le label de Jennifer Cardini) dont certains morceaux ont donné lieu à des remixes de Fort Romeau, Bell Towers ou encore Betonkust. 

En 2020, trois EP’s sont sortis : l’un sur le label d’Eclair Fifi River Rapid, un autre sur le label légendaire Live At Robert Johnson ainsi qu’un troisième sur le label français Slowciety.

En 2021, 3 EPs sont sortis : l’un sur Live At Robert Johnson, un second sur Pets Recording ainsi qu’un dernier sur le label anglais FutureBoogie. 

Début 2022, Diego a sorti un nouvel EP appelé Healing is a Process. sur le très réputé label Correspondant (de Jennifer Cardini). Un autre EP s’apprête à sortir au mois d’avril sur le label des allemands « TAU Recordings ».

Le confinement a vu  également naître le nouveau live solo de DC Salas. Il y propose sa vision personnelle de la musique « dancefloor », une synthèse de ces dernières années très productives.